Accueil > Perliculture > Contrôle de la qualité des perles (C.C.Q.P.)

Contrôle de la qualité des perles (C.C.Q.P.)

Contrôle avant commercialisation et exportation

Réglementation

Délibération n° 2005-42 APF du 4 février 2005 portant définition des produits tirés de l’activité de la perliculture en Polynésie française et fixation des règles relatives à la classification, au transport, à la commercialisation et aux formalités d’exportation de la perle de culture de Tahiti, des ouvrages et des articles de bijouterie en comportant.

La commercialisation des rebuts est interdite et leur exportation prohibée.

Transport inter îles

· Nécessite un justificatif de transport ou un certificat de confié.

Contrôles de la qualité préalable à la commercialisation

· Pour les ventes aux enchères (obligatoire),
· Pour les producteurs et les négociants en perles de culture de Tahiti avant vente ou avant récolte s’ils le souhaitent.

Formalités d’exportation des perles de culture de Tahiti

· Les perles sont soumises au contrôle de la qualité après avoir été classées,
· L’exportateur doit joindre une fiche de renseignements relative à l’exportateur (Annexe 1) et un tableau de classification (Annexe 2),
· Un certificat de qualité d’exportation et le tableau de classification sont remis à l’exportateur,
· Les rebuts sont conservés et, après indemnisation, détruits par la Direction des ressources marines et minières (DRMM) en présence des perliculteurs.

JPEG - 14.3 ko
JPEG - 32.8 ko
JPEG - 34.3 ko
JPEG - 18.2 ko

Procédure de contrôle de qualité du service de la perliculture

· Premier comptage des perles,

JPEG - 40.7 ko


· Visualisation des perles afin de contrôler la qualité de surface : retrait des rebuts visuels,

JPEG - 34.2 ko


· Disposition des perles sur les plateaux pour la radiographie (deuxième comptage des perles),

JPEG - 39.6 ko


· Radiographie des perles afin de vérifier l’épaisseur de la couche perlière : retrait des perles n’ayant pas l’épaisseur réglementaire (0,8 mm).

JPEG - 34.2 ko

L’épaisseur de la couche perlière correspond à la portion du diamètre qui se situe entre le nucleus et la surface externe de la perle,

JPEG - 16.2 ko


· Pesage des lots de perles,

JPEG - 14.3 ko


· Etablissement du certificat de qualité,

JPEG - 40.9 ko


· Scellage des perles dans des sachets normalisés avec une copie du certificat de qualité et du tableau de classification. La validité du sceau est de 10 jours.

JPEG - 18.6 ko

Doivent être soumis au contrôle de la qualité :
· Les perles de culture de Tahiti brutes : proviennent de la récolte et simplement nettoyées au gros sel,
· Les perles de culture de Tahiti travaillées : sont percées et/ou enfilées temporairement pour la commodité du transport,
· Les ouvrages en perles de culture de Tahiti : contiennent pas ou peu de métaux précieux. Les perles assorties constituent un article préparé pour servir à la parure,
· Les bijoux montés sous forme de colliers et de bracelets comportant plus de 10 perles.

Formalités d’exportation des autres articles de bijouterie

· Les articles de bijouterie, de joaillerie sont entièrement en métaux précieux, ou en plaqués ou doublés ou partiellement en métaux précieux sous réserve qu’il ne s’agisse pas de simples garnitures ou accessoire de minime importance,
· Ne sont pas soumis au contrôle de la qualité de la DRMM,
· L’exportateur doit fournir à l’appui de la déclaration en douanes, une déclaration sur l’honneur attestant que les bijoux exportés ne contiennent pas de rebuts (Annexe).

Pour faire contrôler vos perles

Veuillez prendre rendez-vous avec la cellule "Contrôle de la qualité des perles de culture de Tahiti" (CCQP) au 40 54 00 35, antenne Perliculture de la Direction des ressources marines et minières, située à l’entrée des Jardins de Paofai au rond point Jacques Chirac.
Heures d’ouverture : 8h à 16h

JPEG - 526.1 ko

Classification des perles de culture de Tahiti

La perle de culture de Tahiti est une perle de culture de couleur naturelle provenant de la greffe et de l’élevage en milieu naturel, en Polynésie française, de l’huître perlière Pinctada margaritifera var. cumingii.

La classification de la perle de culture de Tahiti se fait selon des critères généraux et des critères additionnels.

1. Les critères généraux

1.1 La taille de la perle

Elle est déterminée par la taille de la maille du premier tamis qui refuse le passage de la perle.

JPEG - 14.5 ko


La taille dépend :
- de la grosseur du nucleus
- du temps de gestation dans l’eau.
Elle se mesure en millimètre arrondi à l’unité inférieure, et varie généralement entre 8 et 14mm. Les perles de taille supérieure à 14mm sont plus rares.

1.2 Le poids de la perle

Il se mesure en gramme.

1.3 La forme de la perle

Six formes de base sont observées :
- la perle ronde (R) est une sphère parfaite ou assimilée, c’est-à-dire qu’elle accepte une variation de son diamètre inférieure à 2% du plus petit diamètre :

JPEG - 9.8 ko


- la perle semi-ronde (SR) est une sphère acceptant une variation de son diamètre comprise entre 2% et 5% du plus petit diamètre :

JPEG - 9.8 ko


- les perles goutte ou poire (DR), ovale (OV) sont des perles présentant au moins un axe de symétrie :
Perle poire :

JPEG - 12.5 ko


Perle ovale :

JPEG - 10.5 ko


- les perles bouton (BT) sont des perles présentant au moins un axe de symétrie avec une face plate :

JPEG - 9.9 ko


- la perle semi-baroque au sens stricte (SB) est une perle présentant au moins un axe de révolution :

JPEG - 10.3 ko


- la perle baroque (BQ) est en général irrégulière et ne rentre pas dans les catégories précitées :

JPEG - 12.2 ko
JPEG - 12 ko
JPEG - 13.3 ko


- et une catégorie spéciale : la perle cerclée. Elle est caractérisée par au moins un cercle concentrique, sous forme de bourrelet ou de sillon, situé au-delà du tiers supérieur ou inférieur de la surface de la perle, quelle que soit sa forme d’origine.

JPEG - 13.1 ko

1.4 La qualité de la perle

Elle dépend de 2 critères :

- L’état de la surface
Il s’évalue en fonction de l’importance de la surface lisse, sans imperfection.

JPEG - 11.3 ko

La surface de la perle peut présenter diverses imperfections telles que : des piqûres, des rayures, des stries, des frisures, des creux, des bourrelets, des sillons, des dépôts organiques, des dépôts de calcite ou des zones de dévitalisation.

- Le lustre ou éclat ou brillance
Il correspond à la réflexion plus ou moins parfaite de la lumière sur la surface de la perle. Il dépend de la régularité, de l’épaisseur et de l’agencement des couches perlières.
Un lustre excellent correspond à une réflexion totale de la lumière, donnant un effet miroir.
Une perle sans lustre correspond à un aspect mat de la perle.

JPEG - 10.4 ko

La qualité d’une perle de culture de Tahiti se codifie en 5 catégories :
- Catégorie Parfaite : sans imperfection, lustre excellent ;
- Catégorie A : 90% sans imperfection, 10% imperfections légères concentrées, tolérance d’une imperfection profonde, très bon lustre au minimum ;
- Catégorie B : 70% sans imperfection, 30% imperfections légères concentrées, tolérance de deux imperfections profondes, bon lustre au minimum ;
- Catégorie C : 40% sans imperfection, 60% imperfections légères concentrées, tolérance de 10% d’imperfections profondes, lustre moyen au minimum ;
- Catégorie D : plus de 60% d’imperfections légères, tolérance de 20% d’imperfections profondes et/ou piqûres blanches, lustre faible au minimum.

2. Les critères additionnels

2.1 La couleur de base et les couleurs secondaires

La couleur doit être la plus homogène possible. La perle possède une ou plusieurs couleurs secondaires.

JPEG - 21.5 ko
JPEG - 36.7 ko

2.2 L’assortiment des perles

3. Le rebut

Sont définis comme rebuts, des perles ayant :
- plus de 20% de zones dévitalisées,

JPEG - 8.2 ko

- plus de 20% de dépôts organiques,

JPEG - 10 ko

- plus de 20% de dépôts de calcite,

JPEG - 9.6 ko

- le nucléus visible,

JPEG - 6.9 ko

- des piqûres profondes,

JPEG - 10.4 ko

- une épaisseur de la couche perlière inférieure à 0,8mm.

JPEG - 9.5 ko

Contrôle d’une perle aux rayons X :

JPEG - 16.2 ko