Accueil > Actualités > Infos pêche

Infos pêche

Participation de la Polynésie française à la Conférence des Nations Unies sur les Océans

Participation de la Polynésie française à la Conférence des Nations Unies sur les Océans

Le développement économique de la Polynésie française est étroitement lié à la gestion de la mer et à l’usage durable des ressources marines. Plusieurs plans de gestion sont actuellement mis en œuvre pour atteindre cet objectif. La gestion durable de la mer fait également partie de l’agenda régional et international.

Le Président a participé au lancement de l’année du Pacifique pour les Océans qui a eu lieu à Hawaii en septembre 2016 aux côtés d’Anote Tong, ancien président de Kiribati et de Jan Olsson, Ambassadeur de la Suède pour l’Environnement et les Océans.

La Polynésie française est désormais invitée à participer à la Conférence des Nations Unies sur les Océans, co-présidée par les Iles Fidji et la Suède, aura lieu au siège des Nations Unies à New York du 5 au 9 juin prochains. Organisée dans le cadre de l’agenda des objectifs de développement durable 2015-2030, cette conférence aura pour objectif d’appuyer la mise en œuvre et de faciliter le modus operandi de l’objectif de développement durable 14 portant sur la protection et la gestion durable de la mer et des ressources marines.

La participation de la Polynésie à ce rendez-vous international paraît importante afin de confirmer notre implication régionale en tant que nouveau membre à part entière du Forum des Iles du Pacifique et de participer à l’effort régional et international de conservation des mers et de meilleur usage des ressources marines. La délégation aux affaires internationales, européennes et du Pacifique coordonnera la préparation et l’organisation du Pays à cette manifestation

Organisation d’un séminaire régional sur la pêche lagonaire en Polynésie française

Organisation d’un séminaire régional sur la pêche lagonaire en Polynésie française

La Polynésie française et le projet régional Integre financé par le Fonds Européen organise un atelier régional consacré à la gestion des pêches lagonaires en Polynésie française du 10 au 13 avril prochains à l’hôtel Tahiti Pearl Resort d’Arue.

En Polynésie française, la pêche lagonaire représente 3400 tonnes de poissons lagonaires pour une valeur marchande de 2 milliards Fcfp. Si sa contribution dans le Produit Intérieur Brut (PIB) est minime, elle participe de manière importante à la satisfaction des besoins vitaux de la population des îles et de sa frange la plus démunie (pêche de subsistance). La diminution des ressources halieutiques lagonaires liée à la dégradation des milieux naturels et à la surpêche est ressentie depuis longtemps dans les îles de la Société, mais également dans quelques îles éloignées. Face à ce constat, la Polynésie française souhaite mettre en place des outils de gestion plus efficaces, basés entre autres sur une gestion participative avec les populations locales et un rôle accru des communes.

L’objectif principal de l’atelier est d’apporter une assistance à la Polynésie française pour améliorer son dispositif de gestion des pêches lagonaires en mettant l’accent sur la participation des pêcheurs à la gestion de la ressource. Les gestionnaires des pêches locaux pourront bénéficier de l’expérience régionale en la matière pour les adapter au contexte du Pays.

L’atelier rassemblera une quarantaine de participants dont la moitié en provenance de la région, occupant les fonctions de responsables chargés de la gestion des pêches lagonaires d’une douzaine de pays de la sous-région polynésienne, d’experts océaniens exerçant dans ce domaine. L’autre moitié des participants est issu du tissu administratif, politique et civil local : techniciens de l’administration, représentants de communes ou de la société civile impliqués dans des processus de classement environnementaux de lagons et de gestion localisée des pêches.

Ouverture de la campagne de pêche aux holothuries 2017 dans certaines îles des Tuamotu

Ouverture de la campagne de pêche aux holothuries 2017 dans certaines îles des Tuamotu


Le Conseil des ministres a autorisé, pour l’exercice 2017, l’ouverture de la pêche aux holothuries (Rori) dans 16 îles des Tuamotu : Fakarava, Toau, Niau, Raraka, Kauehi, Apatali, Kaukura, Makemo, Marutea Nord, Katiu, Raraoia, Vaitahi, Akiaki, Faaite, Tahanea et Motutunga.

Les autorisations définissent notamment :

- la composition des comités de gestion de la pêche aux holothuries (pêcheurs, représentants de la société civile et représentants de la mairie) ;
-  la période de pêche, qui court de la date de publication des autorisations jusqu’au 31 octobre 2017  ;
- les quotas par espèce dans chaque île ;
- la zone de réserve interdite à la pêche, au moins égale au tiers de la surface du lagon dans chaque île.

Le quota total autorisé à la pêche s’élève à 93 700 spécimens des espèces suivantes : Rori titi blanc, Rori titi noir, Rori récif, Rori Ananas, Rori vermicelle.

Dans chaque île, la pêche est encadrée par un comité de gestion qui a pour rôle de recenser les pêcheurs et les transformateurs d’holothuries de l’île. Il les tient informés des différentes règles de pêche et quotas applicables sur leur île. Il est également responsable du suivi sur le terrain du bon déroulement de la pêche, de la transformation et des expéditions de la production qui est destinée exclusivement aux commerçants d’holothuries agréés par le Pays. Ainsi, nul ne peut s’adonner à une pêche commerciale sans s’être au préalable inscrit auprès du comité de gestion de la pêche aux holothuries de l’île concernée.

Ces mesures réglementaires de gestion strictes ont permis de mettre fin aux pêches excessives perpétrées par le passé ayant conduit à un appauvrissement de la ressource. L’année dernière, cette pêche a rapporté aux pêcheurs une recette de l’ordre de 50 000 000 Fcfp pour 9 tonnes d’holothuries séchées.

Avis aux titulaires du CACEP

Avis aux titulaires du CACEP

Afin de vous mettre en conformité avec la règlementation en vigueur, vous devez déposer une demande d’équivalence auprès de la DPAM afin d’obtenir votre titre définitif : le BCPC restreint.

Pour ce faire, vous avez l’obligation d’obtenir le module EM1 (médical 1)

Afin de vous accompagner dans cette démarche, la DRMM propose des sessions de formation prises en charge sur Tahiti dans un premier temps, puis dans les autres îles.

Pour y participer, vous êtes invités à vous faire recenser auprès de la DRMM (contact : Hélène au Tél. : 40 50 25 62 – 40 50 25 50)

Document d’information sur la réforme des titres de formation professionnelle à la pêche (source DPAM) cliquez ici

Répertoire des pêches de la CPS Nouméa

Le Répertoire des pêches de la CPS Nouméa liste plus de 1500 contacts liés au domaine marin. Il couvre l’ensemble des pays et territoires océaniens et plus d’une quarantaine d’autres pays.

Il contient aussi des informations de base sur les 22 pays et territoires membres de la CPS : heure locale, capitale, monnaie, langues officielles, nombre d’habitants et surfaces des terres émergées et des zones économiques exclusives (ZEE).

Il est mis à jour annuellement.

La version 2016 est maintenant disponible ici (pdf 4 Mo)

Aidez-nous à maintenir l’exactitude des données du Répertoire des pêches en signalant à la Section information halieutique de la CPS (cfpinfo@spc.int) les erreurs ou les informations caduques que vous aurez relevées dans cette édition.

Pêche du calmar chipiloua à Tahiti

Pêche du calmar chipiloua à Tahiti : Adapter l’engin à bord des petites unités de pêche

Une nouvelle série d’essais de pêche exploratoire du calmar chipiloua (Thysanoteuthis rhombus) vient de s’achever à Tahiti.

Cette campagne est le fruit d’un projet collaboratif mené par la Communauté du Pacifique (CPS) et la Direction des Ressources Marines et Minières (DRMM) de la Polynésie française. Les précédentes pêches exploratoires réalisées par la CPS en Nouvelle-Calédonie, aux Îles Cook et aux Fidji avaient été pilotées depuis des navires conçus pour des séjours en mer de plusieurs jours. Cette nouvelle mission visait trois objectifs : 1) confirmer, ou plus précisément, déterminer la présence de calmar chipiloua au large de Tahiti ; 2) évaluer le possible recours à de petites unités de pêche pour les opérations de pêche ; et 3) expérimenter un treuil électrique amélioré destiné à la pêche professionnelle de chipiloua à bord de petites unités.

Accès à la totalité du document en cliquant ici ou via Pacific Community/Communauté du Pacifique Lettre d’information sur les pêches n°148, à l’adresse suivante : http://www.spc.int/coastfish/fr/publications/bulletins/lettre-dinformation-sur-les-peches.html

URGENT « Fiches de statistiques de pêche côtière »

Il est rappelé à tous les pêcheurs professionnels de Poti marara et Poti auhopu que vos fiches de statistiques de pêche 2015 doivent parvenir à la DRMM avant le 31 janvier 2016.

Vous pouvez les déposer à la Direction des ressources marines et minières, Immeuble JB Lecaill à Fare Ute 1er étage, au bureau statistiques ou les envoyer à l’une des adresses suivantes :

  • Par voie postale : BP 20 – 98713 Papeete Tahiti
  • Par fax : 40 43 49 79
  • Par mail : drm@drm.gov.pf
  • Ou les déposer à l’une des antennes de la DRMM présente dans votre île.

On vous rappelle que la fourniture de vos statistiques de pêche est une obligation et doit être effectuée tous les 3 mois maximum. Le manquement à cette obligation peut faire l’objet d’une sanction.

Pour toutes questions relatives aux statistiques, vous pouvez contacter le Bureau Stratégie Réglementation et Analyse au 40 50 26 23 aux horaires d’ouverture du service.

Nous vous remercions de votre compréhension.